La femme en vert (Arnaldur Indriðason)

LES LIEUX

Femme en vert 2

Femme en vert 1 

Femme en vert 1

Quelques lieux principaux du roman :

1

La colline de Grafarholt et les réservoirs d’eau chaude.

2 2

Le petit port de Siglufjörður.

 

La présence anglo-américaine en Islande

Lorsque l’invasion de la Pologne par les troupes allemandes, le 1er septembre 1939, déclencha la seconde guerre mondiale, l’Islande était un royaume souverain en union personnelle avec le Danemark. Pour faire simple, le roi Christian X de Danemark était son chef d’état, mais l’île possédait son propre gouvernement, dirigé alors par Hermann Jónasson, à la tête d’un gouvernement de coalition. Le pays proclama sa neutralité. Bien que devant limiter la présence des navires et avions militaires belligérants sur son territoire, l’Islande ne fit pas respecter strictement cette disposition et de nombreux navires marchands de l’Axe furent coulés par la Royal Navy, dans les eaux territoriales islandaises. Le 9 avril 1940, l’Allemagne nazie envahit le Danemark et la Norvège selon les objectifs de l’opération Weserübung.

L’invasion britannique

Désireux de s’implanter dans les régions arctiques pour sécuriser les convois alliés de l’Atlantique nord, les Britanniques déclenchèrent l’opération Fork et s’installèrent en Islande ; ce qui fut ressenti comme une véritable invasion par les insulaires. Cette opération faisait suite au refus du gouvernement Jónasson d’être cobelligérant des Alliés dans le conflit.

02 Les cibles de l'opération Fork.

Les troupes britanniques débarquèrent à Reykjavik et ne rencontrèrent aucune résistance, puisque l’Islande, déjà, n’avait pas d’armée, bien que le chef de la police ait commencé à former des forces de défense nationale, au début de l’année 1940. Elles désactivèrent les réseaux de communication islandais et arrêtèrent les citoyens allemands. Le soir de l’invasion, le gouvernement islandais émit une protestation  pour violation flagrante de la neutralité du pays et atteinte à son indépendance, tout en demandant des indemnisations. Les Britanniques affirmèrent rapidement qu’ils n’avaient l’intention, ni de s’ingérer dans les affaires intérieures du pays, ni d’y demeurer une fois le conflit terminé.

Aux 746 Royal Marines initiaux, se rajoutèrent 4000 soldats réguliers britanniques. Cet effectif fut porté à 25000, avec l’appui de troupes canadiennes.

01 3

Le HMS Berwick, fer de lance de l’opération Fork.

Une vidéo qui montre, sur une carte, les différentes étapes de l'opération Fork. Seul défaut, la musique !!! Un conseil: supprimer le son !

L’occupation américaine

Le 7 juillet 1941, la défense de l’Islande passèrent des Britanniques aux Américains, qui débarquèrent à leur tour sur l’île. Les 4100 hommes de la 1ère brigade des US Marines s’installèrent jusqu’au début 1942, date à laquelle ils furent envoyés sur le front du Pacifique. Il est paradoxal de noter que les Etats-Unis procédèrent à l’occupation de l’Islande, alors qu’ils étaient encore officiellement neutres, puisqu’ils n’interviendront dans la seconde guerre mondiale qu’à partir du 7 décembre 1941. Dès lors, bien qu’officiellement attaché à sa neutralité, le gouvernement islandais collabora avec les forces alliées. L’effectif américain atteignit 408 000 hommes à son maximum.

03 3

Troupes américaines à Reykjavik en janvier 1942.

04 306 2

05 307 2

La seule opération militaire que connut l’Islande fut le bombardement du pétrolier britannique El Grillo, dans le fjord de Seyðisfjörður, par un avion de la Luftwaffe, le 10 février 1944, sans que l’opération ne fasse de victimes. A noter, pour l’anecdote, que l’épave constitue aujourd’hui un spot de plongée sous-marine.

08 1 Le SS El Grillo en train de sombrer.

Les conséquences

Bien qu’il y eut des protestations d’Islandais sous forme de manifestations, contre ces deux présences militaires, ressenties comme des occupations, la cohabitation entre soldats et insulaires ne posa jamais de problèmes majeurs. D’ailleurs, plusieurs Islandaises eurent des relations avec de jeunes militaires anglais ou américains ; certaines se marièrent même. Ces relations prirent le nom d’Ástandið, terme qui signifie « la situation, les conditions, le contexte … ». Les enfants nés de ces unions de père inconnu, prirent souvent le nom de Hansson et l’on vit une augmentation des prénoms d’origine anglaise !

C’est pendant ce conflit, que, le 17 juin 1944, l’Islande devint une république.

A la fin de la guerre, les troupes américaines demeurèrent jusqu’en 1947, puis furent remplacées par d’autres soldats américains, dans le cadre de la guerre froide naissante. Dans ce cas, il ne s’agissait plus d’une occupation, mais d’une coopération, puisque l’Islande avait adhérée à l’OTAN. Mais ceci est une autre histoire…

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau