Vodka, pirojki et caviar (Monica Kristensen)

LES LIEUX

Vodka1Vodka2

Barentsburg :

Barentsburg, en russe Баренцбург, est une cité minière de l’archipel du Svalbard. Le deuxième bourg le plus peuplé de l’archipel, avec près de 400 personnes, principalement des Russes et des Ukrainiens.

C’est en 1932, que la compagnie d’état soviétique, Arktikugol, commence l’exploitation du charbon à Barentsburg. A l’époque de la guerre froide, la cité servait de vitrine aux yeux de la Norvège et du monde. Ses habitants étaient privilégiés par le régime. La ville était bien entretenue. Un centre sportif, doté d’une piscine olympique, y est construit.

Mais depuis la chute de l’URSS, la cité est petit à petit abandonnée et se dépeuple, passant de 1500 à 400 individus. Les conditions de vie se dégradent. Les habitants, pauvres, ne peuvent plus importer de marchandises du continent et vivent en autarcie, des produits de la ferme la plus septentrionale du monde. Arktikugol est très critiquée pour sa gestion et ses promesses. Le salaire des nouveaux arrivants est divisé par trois par rapport à ce qui leur est promis. Les habitants vivent aujourd’hui essentiellement de la mine et des services liés à celle-ci : cantine, hôpital, etc… Les réserves s’épuisent et l’extraction n’est plus rentable. Le charbon ne sert guère plus qu’à la consommation locale, pour l’alimentation de la centrale thermique, qui fournit électricité et chauffage. Mais les habitants n’ont pas les moyens de repartir et vivent même des aides humanitaires des associations norvégiennes. Seul le tourisme fournit des revenus. En avril 2011, Arthur Tchilingarov, représentant spécial du président russe pour la coopération internationale en Arctique et Antarctique, annonce la création prochaine d’un centre scientifique.

Le 17 octobre 2006, des inspecteurs norvégiens détectent un feu souterrain couvant dans un dépôt de charbon. Le danger est grand de propagation, ce qui entrainerait l’évacuation de la ville. Mais il est enfin maîtrisé le 3 novembre. La compagnie Arktikugol est accusée de négligences dans l’entretien des infrastructures et la sécurité des personnels.

00

01 7 02 7

04 8  03 8

Notez l'escalier qui mène au port

05 8 06 6

Le réalisme architectural soviétique, avec le buste de Lénine

07 7 L'héliport de Heerodden

Le musée pomore 09 4

08 5

Le consulat russe

 

Trust Arktikugol et l’exploitation russe du charbon au Svalbard :

10 Les principales mines de charbon exploitées par les Russes.

La compagnie Trust Arktikugol, en russe Apктикуголь, c’est-à-dire, « charbon de l’Arctique », est une société minière qui opère exclusivement sur l’archipel du Svalbard. Elle est la propriété du gouvernement russe. Si elle exploitait autrefois des gisements à Pyramiden et Grumant, ainsi que le port de Colesbukta, seule la mine de Barentsburg est aujourd’hui en activité. Trust Arktikugol fut fondée le 7 octobre 1931, pour s’occuper des intérêts miniers de l’URSS, dans l’archipel. La compagnie fonctionnait à Barentsburg et à Grumant, jusqu’en 1941, lorsque le personnel fut évacué, lors de l’opération Gauntlet (voir l’article écrit à propos de Opération Fritham). Les mines recommencèrent à fonctionner en 1947 et, en 1955, commença l’exploitation de Pyramiden. L’épuisement progressif des ressources amena la fermeture de Grumant, en 1961. Parallèlement, des années 60 aux années 80, Trust Arktikugol procéda à des sondages pour trouver des gisements pétroliers, mais ils se soldèrent pas des échecs. En 1998, ce fut au tour de la mine de Pyramiden, de fermer.

La production actuelle de Barentsburg, n’est pratiquement plus exportée et sert surtout à la consommation locale, notamment le fonctionnement de l’usine électrique. Si plus de 22 millions de tonnes de charbon furent extraits par la compagnie, Trust Arktikugol ne produisait plus que 120 000 tonnes par an, en 2006. Le 18 septembre 1997, 23 mineurs russes et ukrainiens furent tués dans une explosion à la mine de Barentsburg.

11 12 2 Le siège à Barentsburg

 

L’Hôtel Barentsburg :

13 2

14 1 15 1

 

Les navires :

Le brise-glace Krassine

16 1 17 2

Les navires de garde-côtes

18 19

KV Senja W321                                                                                                                          KV Andenes W322

Le navire du bureau du gouverneur : Polarsyssel

20 21

 

Et pour finir:

22 23

une domra                                                                                         des pirojkis

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau