Nouvelles du nord

Les nouvelles du polar islandais: parutions, articles ...

Une avant-première chez France Loisirs

France Loisirs a publié, en avant-première et en exclusivité, un roman de Ragnar Jónasson,  de la série Hulda, La Dame de Reykjavík. Je n'ai pas encore de renseignements sur son titre original.

La dame de reykjavik

 

Lire la suite

Du nouveau chez Ragnar et Stefán

C'est au tour de deux autres auteurs islandais de publier un roman, dans leur pays natal.

 

Lire la suite

Ce que savait la nuit, le nouveau polar d'Arnaldur

Tous à vos agendas : le 7 février 2019, un nouveau polar d’Arnaldur Indriðason, Ce que savait la nuit, va sortir, grâce à ces deux piliers, le traducteur Eric Boury et les éditions Métailié, sans lesquels, nous, avides lecteurs ne serions rien !

 

Il s’agit du premier tome consacré à un nouveau personnage, Konrað, un policier à la retraite. Le livre est paru en 2017 en Islande sous le titre Myrkrið veit.

 

1 6

Lire la suite

Un nouveau roman d’Yrsa Sigurðardóttir sort en Islande

Yrsa Sigurðardóttir sort un nouveau polar en Islande : Brúðan (La poupée), où l'on retrouve Huldar et Freyja.

 

Brudan frontur 500x750

Un nouveau roman d’Arnaldur sort en Islande

Arnaldur Indriðason sort un nouveau roman, ce 1er novembre, en Islande. Il s’intitule Stúlkan hjá brúnni (La fille sur le pont).

Stulkan hja brunni 72pt 500x771

C‘est, après Myrkið veit (2017), le deuxième opus qui met en scène Konráð, un policier à la retraite.

Lire la suite

Un rêve devenu réalité

Un rêve devenu réalité

Entrevue de Magnús Guðmundsson, septembre 2018, pour Icelandic Literature Center

Eric Boury a traduit une cinquantaine d’ouvrages islandais en français. Dans cette entrevue, il raconte à Magnús Guðmundsson comment l’aventure a commencé, sa fascination pour la langue islandaise, différents travaux de littérature et comment il voit le rôle du traducteur.

Eric boury a steini klippt

Lire la suite

Les Fils de la poussière : la genèse d'Indriðason

Les Fils de la poussière : la genèse d'Indriðason

Isabelle Lesniak / Chef de service Les Echos Week-End |

Métailié publie le premier roman du maître du polar islandais, paru en 1967. L'occasion de faire la connaissance du commissaire Erlendur avant qu'il ne devienne mythique, et de s'initier aux éléments qui font le succès d'un auteur traduit dans une quarantaine de langues.

Lire la suite

Deux nouveaux polars publiés en Islande

Deux nouveaux romans policiers sont en train d’être publiés en Islande.

 

  • Náttfiðrildi, de Stefán Máni.

C’est un livre, illustré par Kristínn Rögn Gunnarsdóttir, destiné aux 7 – 10 ans. Un meurtre est commis à Reykjavík et un adolescent, mentalement fragile, est accusé.

Nattfidrildi kapa   Stefan mani 1

 

  • Svik, de Lilja Sigurðardóttir

Lilja a eu l’extrême gentillesse de répondre à mes interrogations sur ce livre. Je vous livre là ses précisions :

Mon nouveau livre qui sera bientôt disponible en Islande est un thriller autonome, avec un nouvel ensemble de personnages. Il a un aspect politique et concerne une femme, qui est récemment revenue en Islande, après avoir travaillé de nombreuses années dans des régions sinistrées et des zones de conflits. Elle prend le poste de ministre de la Justice pour l’année de mandat qui reste au gouvernement. Sa première journée au pouvoir, elle fait une promesse qui aura de grandes conséquences et doit faire face à un complot dans son ministère. Alors qu’elle tente d’honorer sa promesse, elle est poursuivie par un sans-abri. Sait-il quelque chose qui peut l’aider ? Veut-il l’agresser ? Voilà la trame principale du livre.

41854122 10217205916369148 6422264550464159744 n     Avt lilja sigurdardottir 5714

 

Présentation des deux prochaines sorties des éditions Métailié

Les quatrièmes de couverture des deux prochaines publications islandaises, tant attendues, des éditions Métailié, qu'on doit au remarquable travail de traduction d'Eric Boury: Les fils de la poussière, d'Arnaldur Indriðason et Treize jours, d'Árni Þórarinsson. Parutions le 4 octobre 2018.

Lire la suite

Les droits acquis par les éditeurs français.

Les droits, sur les romans suivants, ont été achetés par des éditeurs français. Il ne reste plus qu’à les traduire et les publier !

Merci à Patrick Maillet pour le partage de toutes ces informations.

 

Arnaldur Indriðason :

  • Dauðarósir (1998), deuxième roman de la série Erlendur.
  • Myrkrið veit (2017), premier roman de la série Konráð, un policier à la retraite.

Les droits pour ces deux romans ont été acquis par les éditions Métailié.

Daudarosir   Myrkrid veit

Lire la suite

Sótt, le nouveau polar de Ragnar Jónasson

Le quatrième roman de Ragnar Jónasson, Sótt, sortira le 20 septembre 2018, comme les trois précédents, aux éditions de La Martinière. Il s’agit de la traduction de Rof, œuvre écrite en 2012, qui s’insère chronologiquement, dans la version originale, entre Nátt et Mjörk.

Ragnar jonasson sott

Lire la suite

Lilja Sigurðardóttir récompensée par ses pairs.

Lilja Sigurðardóttir a reçu le prix de la goutte de sang 2018, Blóðdropinn, décerné par l’association islandaise des auteurs de polars, pour le meilleur roman policier de l’année.

Elle a gagné cette distinction pour son livre Búrið, troisième volet de la trilogie Reykjavik Noir, traitant de « trafic de drogue, de crimes financiers et d’affaires passionnelles dans le Reykjavik d’aujourd’hui. »

Le comité a félicité Lilja pour son livre bien documenté et bien écrit. Selon lui, « c’est difficile d’écrire une histoire aussi proche de la réalité et l’auteur y arrive admirablement, sans rentrer dans la condamnation, mais en plongeant plutôt dans les raisons qui poussent au crime. »

Búrið devrait paraître, en France, en 2019, sous le titre La Cage.

Lilja sigurdardottir

Interview 2018 d’Éric Boury pour Passages des Ombres

Interview 2018 d’Éric Boury pour Passages des Ombres

Bepolar.fr, 7 mai 2018

Eric Boury est traducteur de romans islandais. Il suit notamment Arnaldur Indriðason depuis de nombreuses années et il est de nouveau à la manœuvre pour Passages des Ombres. Interview...

BePolar : Y’a-t-il des spécificités, ou des difficultés particulières avec Arnaldur Indriðason ?
Eric Boury : Tout livre est une difficulté particulière. On ne traduit pas seulement des mots mais une histoire, un ton... Il faut rester au plus proche du texte mais aussi du français, savoir s’en éloigner de temps en temps mais pas trop... Arnaldur a un style simple et direct, sans fioriture. Il ne fait que très peu d’envolées lyriques. Elles sont d’autant plus importantes lorsqu’elles existent.

BePolar : Comment rendre ce style en français ?

Eric Boury : On essaie de traduire un esprit et un style mais parfois, cela ne fonctionne pas en français. Il y a un nécessaire travail de lissage. L’islandais est une langue qui a très peu évoluée depuis le moyen âge et tous les écrivains sont intoxiqués (au sens où ils ne s’en rendent pas compte) par la poésie et les sagas. Ces dernières ont un style très particulier, resserré, assez sec. C’est comme si on parlait encore le français du XIIIème siècle avec des racines latines ou grecs et aucune anglo-saxonnes. Il y a des formulations parfois figées que l’on retrouve dans les romans comme « il faut maintenant rapporter que ». Heureusement Arnaldur n’en abuse pas trop. Et puis une grande phrase peut en devenir trois en français, ou inversement. Par exemple « L’homme ouvrit la porte. Il avait les cheveux bruns hirsutes et des yeux bleus. Il referma la porte aussitôt. Il l’a rouvrit. Il avait un grand nez. » En français cela semble décousu mais pas du tout en islandais.

Chez eux, on a toujours l’impression que c’est écrit au fil de la plume, de manière très fluide, comme les sagas. En vérité, c’est très difficile de donner cette impression. Arnaldur Indriðason excelle dans ce domaine. C’est un immense écrivain.

BePolar : Y’a-t-il un plaisir à suivre un auteur de roman en roman ?

Eric Boury : Oui tout à fait. J’ai traduit 13 ou 14 romans d’Arnaldur Indriðason. En ce moment, je travaille sur son premier roman à paraître chez Métailié. Je me souviens qu’à sa sortie en Islande, j’avais été époustouflé. Et aujourd’hui, en me repenchant dessus, c’est une évidence : dès les premières lignes on voit que c’est un immense écrivain. Son génie éclate. C’est assez jouissif.

BePolar : Quelles sont ses qualités des polars d’Arnaldur Indriðason.

Eric Boury : Il a une plume, un style, une manière géniale de planter le décor. Il est simple, efficace et direct, mais surtout parlant. Il ne va pas s’embêter à décrire pendant dix pages une pièce si ça ne parle pas au lecteur, ce qui permet l’émergence d’une forme de poésie de la simplicité. Il n’évoque par exemple que très rarement des sentiments mais quand il le fait, c’est d’autant plus fort. Autre atout, la structure de ses romans est toujours impeccable. Dans Passage des ombres, vous avez le temps présent et l’époque de la deuxième guerre mondiale avec deux enquêtes qui se répondent et s’entremêlent. Et c’est parfaitement maîtrisé. Arnaldur Indriðason sait exactement quand il faut arrêter une intrigue pour tenir son lecteur en haleine. Enfin, il y a aussi le regard qu’il porte sur la société islandaise qui est redoutablement pertinent. Ancien journaliste et étudiant en histoire, il dénonce en montrant, sans faire de longs discours. Par les actions de ses personnages, par ses descriptions, il met le doigt là où ça fait mal. Pour chaque roman il travaille autour d’une thématique : l’enfance maltraitée et l’homophobie dans La Voix, les recherches génétiques dans La Cité des jarres...

BePolar : Et pour Passages des ombres ?

Eric Boury : Il parle de la seconde guerre mondiale, qui a fait entrer l’Islande dans le XXème Siècle. En 1940, Reykjavík ne compte que quelques dizaines de milliers d’habitants. D’un seul coup, 40 000 soldats britanniques puis américains à partir de 1942 débarquent et s’installent. Il y a quasiment autant de soldats que d’Islandais dans la ville ce qui amène de grands changements. Par exemple, le chômage disparaît aussitôt en raison des besoins de l’armée. Avec ensuite la séparation avec le Danemark en 1944, le plan Marshall à la sortie de la guerre, et l’adhésion à l’Otan en 1949 (avec une base américaine qui restera jusqu’en 2006), le pays subit un bouleversement en quelques années, se dotent d’infrastructures routières importantes, d’aéroports etc. L’Islande est passée du statut de nation la plus pauvre d’Europe à celui de pays le plus riche par habitant. Ce conflit est donc un événement majeur pour la société islandaise et Arnaldur Indriðason en parle brillamment.

BePolar : Sur le bandeau, on lit « Tu diras que c’était les elfes ». C’est une expression courante en Islande ?
Eric Boury : Les elfes font partie de l’univers mental des islandais. Certains y croient vraiment, d’autres pas forcément mais pensent que ce n’est pas nécessaire de remettre leur existence en cause. Et c’est la même chose pour tout un tas d’aspects surnaturels qui font pour eux partie de leur quotidien. Cela correspond bien aux paysages et à la société paysanne de l’Islande, dans laquelle on habite le monde et on le fait habiter par des créatures qui nous ressemblent un peu, mais pas totalement. Évidemment, les croyances sont parfois bien pratiques et certains en jouent.
Arnaldur Indriðason avait déjà évoqué cette mentalité, notamment sur les disparitions. L’Islande étant un pays à la météo capricieuse, les voyages ont longtemps été dangereux et les disparitions courantes. Et on ne cherchait pas forcément plus loin lorsque quelqu’un disparaissait. Là encore, cela peut être bien pratique parfois...

 La référence aux elfes est permanente. Dans cet esprit, si « Tu diras que c’était les elfes » n’est pas une expression courante en islandais, elle fait pleinement sens. Et accuser les elfes évite de chercher les coupables.

Arnaldur Indriðason joue les agents doubles

Le temps.ch, 11 mai 2018, Mireille Descombes

Avec «Passage des ombres», l’auteur de polars islandais conclut en beauté sa trilogie consacrée à l’Islande occupée par les troupes alliées durant la Seconde Guerre mondiale.

File703fbvapd28o9l0mlpn

Lire la suite

Des lectures islandaises

Des lectures islandaises

Corinne Renou-Nativel et Emmanuel Romer, le , La Croix.com

Lire la suite

Fascinante Islande

Fascinante Islande

Sabine Audrerie, le

La littérature islandaise est une invitation à découvrir les terres mystérieuses du Grand Nord, leurs vastes étendues de nature, ainsi que la réalité sociale et politique du pays.

L’Islande fascine. L’augmentation croissante du tourisme sur l’île du Grand Nord le montre à elle seule depuis quelques années. Ceux qui n’ont pas la chance de faire le voyage, ou qui entendent le prolonger, se plongent aussi de plus en plus volontiers dans sa foisonnante littérature.

Lire la suite

Ragnar Jonasson, chroniqueur des bourgades rurales

Ragnar Jónasson, chroniqueur des bourgades rurales

Sabine Audrerie, le

Dans la famille des auteurs de polars islandais, Ragnar Jónasson semble séduire les lecteurs français, puisque Snjór (2016) et Mörk (2017), premiers volets de sa série policière Dark Iceland – au héros récurrent Ari Thor, jeune policier du petit port de pêche septentrional de Siglufjörður, florissant du temps de l’industrie du hareng – se sont déjà vendus à 240 000 exemplaires. Auteur de la série de polars « Dark Iceland », Ragnar Jónasson ancre ses intrigues dans la réalité sociale et rurale du nord et du sud de l’île.

Lire la suite

Les deux teasers de Passage des ombres

Lire la suite

Passage des ombres sur Télérama

Passage des ombres de Arnaldur Indriðason.

26 avril 2018, Catherine Ferniot.

TT   on aime beaucoup

Lire la suite