Un nouveau Þórarinsson: Le crime. Histoire d'amour.

Le 4 février 2016, les éditions Métailié publient un nouveau roman d'Árni Þórarinsson: Le crime. Histoire d'amour, traduit par Eric Boury.

Le crime arni thorarinsson

« La nuit avant sa mort il n’a pas dormi beaucoup. A-t-il même dormi ? Est-ce que son rêve ne signifiait pas qu’il avait dormi ? Ou ce n’était pas un rêve ? Quand il s’est réveillé, la peur était toujours palpable. S’il s’est réveillé. S’il a effectivement dormi. Le cadavre n’était pas reconnaissable. En tout cas il ne pouvait pas l’identifier d’un simple coup d’oeil. »

Avant ils étaient heureux, une famille heureuse, et puis ils l’avaient appris et leur vie était devenue un enfer. Ils ont tout caché, surtout pour leur fille, mais se sont engagés à lui parler le jour de ses 18 ans. Tous les trois ils ont attendu ce jour et craint son arrivée. La mère veut, contre vents et marées, tenir sa promesse. Le père doute que la vérité les libère du cauchemar qu’est leur vie. La fille se révolte, essaie de survivre, de les tenir à l’écart, elle les hait autant qu’elle les aime, et elle vit loin d’eux, entourée d’amis bien intentionnés, qui l’aiment.

Arni Thorarinsson écrit ici avec virtuosité l’histoire inquiétante d’une journée fatale, dont le souvenir obsède longtemps le lecteur, épouvanté et désolé de ce grand gâchis que peut être toute vie. Nous découvrons ici un nouvel aspect de l’immense talent de cet auteur.

 

Sur nordique.zonelivre.fr, la cofondatrice et éditrice Sophie Peugnez donne son avis:

Il est psy mais il a de plus en plus de mal à concentrer sur ces patients, obnubilé par ses propres pensées qui le rongent de l’intérieur.

Elle ne tient que grâce à la gnôle, aux médocs et drogues en tout genre. Même si elle besoin pour ça de vendre son corps bien esquinté par l’existence. Elle a cumulé tellement de dettes que sa vie pourrait s’éteindre d’un moment à l’autre sous les coups de sa dealeuse.

C’est une ado révoltée qui a appris à se débrouiller seule. Elle s’est recréé son univers chez une amie. Mais aujourd’hui, c’est un jour spécial. Elle a 18 ans. Et elle doit enfin savoir, ils lui ont promis…

Arni Thorarinsson nous offre un texte sombre et bouleversant. Portraits croisés de trois êtres qui se déchirent. Le non-dit qui rend fou, qui déchire l’âme de celle qui attend une réponse. Et en même des mots qui semblent se bousculer dans la tête d’un père, qui ne sortent pas au beau moment. Des rendez-vous ratés. La vie de chacun qui s’effrite.

Et cette femme qui a l’air d’avoir perdu toute sa dignité. Mais qui malgré tout, reste une mère. Au fil des pages du roman, sa « confession ». L’histoire de sa vie, de leur vie. Tout cet amour qu’elle a en elle mais qui lui est interdit de donner.

Cette vérité qui se dessine peu à peu. Le choc de la découverte. Cette journée pas quand les autres où les sentiments vont à leur paroxysme. Libération ou destruction totale ? Il y a des choix qui sont complexes à faire. Ont-ils eu le choix ?

Lorsque le destin se joue de l’humain comme d’une marionnette et qu’il l’abandonne vidé de toute substance.

Une fable moderne, sombre, douloureuse et belle en même temps proposée par le grand maitre du roman policier islandais Arni Thorarinsson. L’auteur, à travers les enquêtes du journaliste Einar, nous avait déjà montré son talent pour créer des personnages réalistes et attachants. Dans « Le crime – Une histoire d’amour », il montre une nouvelle fois la finesse de son écriture, sa sensibilité, sa capacité à envoûter et surprendre son lecteur.

Je me suis plongée dans ce roman et je n’ai pas le reposer qu’une fois fini. J’étais dans un état un peu second, la gorge nouée, secouée par l’histoire, réfléchissant à ce choix terrible. Tout en étant troublée par un étrange parfum, un sentiment amoureux tellement fort…

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau