Trapped: une belle réussite

France 2 a terminé de diffuser la série policière islandaise Trapped, créée par Baltasar Kormákur.

(Lire la très intéressante interview qu’il a donnée à ce propos).

Si la précédente série islandaise, que les téléspectateurs français ont pu voir, Meurtre au pied d’un volcan, ne m’avait pas convaincu, Trapped est, en revanche, une belle réussite.

Img2404preview2300 1036668

Dans une petite ville perdue, loin de Reykjavík, le tronc d’un homme est découvert. C’est le point de départ d’une enquête dans un huis-clos angoissant. La ville, dont le nom n’est jamais mentionné, -mais qui est le point d’arrivée du ferry en provenance du Danemark, donc Seydisfjörður- est enfermée dans une tempête de neige, qui bloque toutes les communications. Habitants et passagers du ferry, retenus pour les besoins de l’enquête, se retrouvent pris au piège, alors que les morts s’enchaînent : accidents, suicide et meurtres.

 

Pour le lecteur assidu de polar islandais, les personnages et situations ont un arrière-goût de romans noirs.

Andrí, le chef de la police est secondé par une femme énergique, Hinrika, et un homme plus taciturne, Ásgeir. Il porte sur lui une vie personnelle sentimentale ratée ; une séparation avec sa femme qu’il aime encore (et qui l’aime encore !) et avec ses deux filles. Comment ne pas y voir une variante d’Erlendur ?

Img9065preview2300 1036698

Les romans de Þórarinsson ne sont pas en reste. Le camping-car du trafiquant lituanien évoque celui des touristes baltes du Septième fils. Tout comme l’usine en feu rappelle les maisons incendiées d'Isafjörður, dans la même œuvre. Les magouilles financières des notables de la ville qui veulent voir s’implanter des investisseurs chinois nous ramènent aux spéculations financières du Temps de la sorcière. Et que penser de Trausti, commissaire de la brigade criminelle de la capitale, qui regarde ces flics de province de haut, et dont le nom fait écho à ce lui du rédacteur en chef hautain de Journal du soir, où Einar travaille. Simples coïncidences ?

Comme dans de nombreux polars islandais, l’enquête principale, autour de la découverte du tronc, est menée en parallèle à d’autres affaires : trafic d’esclaves sexuels, incendies volontaires, fraude à l’assurance… ; qui se révéleront bien-sûr ne faire qu’une. A l’image de Rognvaldur, qui, paralysé dans son fauteuil roulant, observe la vie des gens, grâce une longue-vue, on plonge dans l’intimité de cette communauté isolée, avec ses amitiés, ses amours, ses haines, ses trahisons, ses bassesses…

Bien sûr, il faut attendre le dernier épisode pour que tout éclate au grand jour et qu’on découvre enfin les coupables… inattendus et surprenants. Pas question de deviner, à l’avance, le dénouement complet.

En outre, les paysages de montagnes enneigées, lorsqu’il ne fait pas nuit ou qu’il ne neige pas en tempête, sont superbes.

C’est donc une belle réussite.

 

Pour approfondir le sujet, vous pouvez aller sur la page de France 2 consacrée à la série. Intéressant.

http://www.france2.fr/emissions/trapped

Img5014preview2300 1036676

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau