LE JEU EPISODE 12

  • Par
  • Le 2020-04-17

Le code fonctionne, j’ai honte de ne pas y avoir pensé plus tôt. 2403, le 24 mars, date de notre mariage. Exactement une semaine après la Saint-Patrick. Le téléphone se déverrouille avec un petit clic. J’ouvre l’application photos et, alors que je m’apprête à chercher des clichés de notre voyage de noces, j’aperçois un album intitulé Alex. Ce sont toutes des photos du Laos datant de la semaine où nous y étions. J’avais bien remarqué qu’Eva passait son temps à mitrailler Alex, mais quand même pas à ce point…

La plupart des décors me sont familiers, je peux facilement dire de quand datent ces clichés, à l’exception de quelques-uns que je ne reconnais pas et qui semblent avoir été pris au cours d’une seule soirée. Parmi eux, des photos du marché de nuit situé à deux pas de l’hôtel.

Il y a d’abord un selfie d’Eva et Alex. Deux visages joyeux sur fond de lanternes colorées. Sur une autre photo, Alex a un verre à la main. Un cocktail vert avec un bouquet de feuilles de menthe qui dépasse et une demi-rondelle d’orange en équilibre sur le bord. Enfin, une photo d’Alex qui tient la statue de Bouddha.

Je retourne en arrière et remarque un autre album nommé Robin. Je l’ouvre, me dis que son prénom va bien avec ses cheveux roux. Les photos remontent à plus de deux ans. C’est l’ex d’Eva. Robin a connu une fin tragique dans un accident bien avant notre rencontre. Je n’aime pas le fait qu’elle ait gardé ces photos.

Enfin, il y a un troisième album. Qui porte mon nom.

Notre quarantaine a été levée, mais je n’ai plus envie de sortir. Dehors, c’est la vie qui nous attend, ou l’écho d’un passé révolu, et je n’ai pas le courage de m’y confronter. Peut-être que c’est ce syndrome du lion en cage dont Lilja m’a parlé, peut-être que l’enfermement a fini par me faire sombrer dans la folie.

Je me décide à descendre dans la cuisine lorsque la faim me tenaille. Eva y est assise, sirotant calmement un café, plongée dans un livre. Elle ne dit rien mais me suit du regard pendant que j’ouvre les placards en quête d’un petit-déjeuner. Je vide dans un bol le peu de céréales qu’il reste et le mélange à un fond de muesli avant de verser du lait dessus. Je me contrefiche de ce que je mange.

Lorsque je m’assieds sur ma chaise, je remarque un morceau de bande jaune noué à son pied. Je lève les yeux sur Eva, et je vois quelque chose qui scintille dans son regard. Cette lueur étrange. L’étincelle qui annonce le danger. Et, cette fois, elle ne me donne plus de papillons dans le ventre, juste une sensation de nausée.

Je détache la bande jaune du pied de la chaise et l’observe de plus près. Dessus, il est écrit : CRIME SCENE DO NOT CROSS.

– Qu’est-ce que c’est que ça ? dis-je d’une voix sèche que je ne contrôle pas.

Eva me sourit et me répond avec douceur. Comme si elle expliquait quelque chose à un enfant.

– Je suis retournée sur les lieux après notre croisière sur le Mékong. Quand tu dormais. Dans le noir, après le départ de la police. Et j’ai coupé un morceau de leur bandeau. Pour toi.

– Pourquoi aurais-je envie d’avoir ça ?

– Tu comprendras demain, mon cœur, dit Eva.

Elle me sourit, mais ce sourire qui d’ordinaire me fait fondre provoque l’effet opposé et un frisson glacial m’envahit.

Je fonce dans la chambre et claque la porte derrière moi.

 

EPISODE 11          EPISODE 13

 

Le Jeu Lilja Sigurðardóttir