Elma (Eva Björg Ægisdóttir)

ELMA (Marrið í stiganum)

Eva Björg Ægisdóttir

Elma copie 2

♦♦♦♦♦♦

ALBUM PHOTOS

Présentation de l'éditeur (France loisirs):

Après vingt ans passés à Reykjavík, Elma, enquêtrice chevronnée, revient à Akranes, encore hantée par la douloureuse rupture qui l’a poussée à ce retour imprévu. Elle peine à trouver sa place dans cette petite ville qui semble figée dans le temps. Et son quotidien au commissariat, loin de la brigade criminelle de la capitale, s’annonce peu trépidant. Pourtant, peu de temps après son arrivée, un corps de femme est retrouvé sur les rochers, près du phare. Même si le ressac a déjà effacé de nombreux indices, l’autopsie écarte l’hypothèse d’une noyade accidentelle. Qui pouvait en vouloir à cette mère de famille sans histoires ? De sombres secrets d’autrefois continueraient-ils de hanter une communauté en apparence si tranquille ? pour Elma, l’enquête ne fait que commencer…

 

Réflexions de lecture :

Elma est le premier roman d’Eva Björg, traduit en français. Bien qu’il n’ait pas de grande originalité, on y retrouve de nombreux ingrédients du polar islandais « traditionnel ».

Les protagonistes sont confrontés à un passé douloureux. L’inspectrice, Elma, vient de rompre avec son petit ami, qu’elle aime toujours et c’est pour fuir cette douleur, qu’elle a quitté Reykjavík, pour Akranes, où elle a passé son enfance. Ce sont aussi les actes du passé, notamment tous ceux qui sont demeurés enfouis, qui expliquent l’assassinat d’Elisabèt, une jeune femme qui avait, elle aussi, fui ce passé en quittant Akranes.

Autre sujet récurrent du polar islandais, celui des crimes perpétrés dans le cadre familial et qui sont restés, bien longtemps, cachés aux yeux de tous : violence domestique, agressions sexuelles et inceste…

L’écriture d’Eva Björg est claire et bien rythmée. L’histoire se déroule sur une période de deux semaines, jour après jour. Les chapitres, courts, alternent entre des parties qui racontent l’enquête, contemporaine, d’Elma et des retours en arrière, lorsque la victime était encore une petite fille, vivant dans une atmosphère familiale délétère. La résolution de l’énigme n’offre pas de rebondissements spectaculaires et l’autrice nous conduit, pas à pas, à cerner ce qui s’est passé et à découvrir le coupable, grâce au travail méticuleux d’Elma, qui n’hésite pas à braver (un petit peu seulement) les consignes de son supérieur, désireux de ne pas faire trop de vague, notamment auprès de la famille la plus importante de la ville. 

Pour conclure, Elma n’offre pas une grande nouveauté dans la sphère du polar islandais, mais c’est un roman plaisant et intéressant à lire. Un premier essai réussi (pour filler la métaphore rugbystique), qu’il reste à Eva Björg à transformer lors d’un prochain roman.

Eva Björg Ægisdóttir