En pleine turbulence (Ókyrrð) de Jón Óttar Ólafsson

9782258110434fs En pleine turbulence (Ókyrrð) de Jón Óttar Ólafsson

(Des renseignemensts et des photos de Cambridge, son université, ses collèges et ses pubs, dans Autour de... En pleine turbulence.)

♦♦♦♦♦

4ème de couverture (Presses de la cité):

« Alors qu’il s’apprête à prendre des vacances, l’inspecteur islandais David Arnason reçoit un curieux message : un certain Thorri le supplie de lui venir en aide à Cambridge. Le lendemain, convoqué de toute urgence au commissariat central, il apprend qu’un compatriote a été retrouvé mort sur le campus de la célèbre université britannique.

La victime se prénomme Thorri.

Sans hésiter, David embarque pour l’Angleterre afin de participer à l’enquête. Fidèle à lui-même, il se désolidarise rapidement de la police locale, peu encline à le laisser marcher sur ses plates-bandes, et infiltre le groupe d’amis de Thorri. Si David découvre très vite un trafic de drogue bien implanté sur le campus, il a toutefois un pressentiment : ne serait-ce pas là que la partie émergée de l’iceberg ? Pourquoi a-t-il l’impression déplaisante que quelqu’un les suit, lui et son groupe d’étudiants, et qu’il de n’agit pas de la police ? Et surtout, pourquoi Thorri s’est-il adressé à lui ? »

 

Réflexions de lecture :

Dans En pleine turbulence, nous retrouvons l’inspecteur David Arnarson, toujours en proie à ses doutes et drames personnels. Nous retrouvons surtout le goût de Jón Óttar Ólafsson pour la surveillance et les technologies modernes, rencontrées déjà dans Une ville sur écoute. Caméras, micros, ordinateurs et téléphones portables espionnés et même drones ! Tout y passe. Mais là, contrairement au roman précédent où l’ensemble était plutôt embrouillé, tout est plus clair. On suit plus facilement les explications qui, bien que techniques, ne rentrent pas dans des détails inutiles. Ce ne sont pas les seuls points communs avec Une ville sur écoute. David Arnarson retrouve Mary, agent britannique du MI5 et se permet même le luxe de tenter de poursuivre, à distance, l’enquête menée dans le premier roman. Ces références sont suffisamment expliquées, pour pouvoir suivre En pleine turbulence, sans avoir lu, au préalable Une ville sur écoute.

L’histoire débute en Islande par une sombre affaire de trafiquants russes, qu’on retrouvera d’ailleurs à la fin. Cependant, la majeure partie du roman se déroule à Cambridge, en Angleterre, dans le milieu étudiant. C’est un retour aux sources pour Jón Óttar Ólafsson, qui a fait ses études dans la célèbre ville universitaire, et qui peut, à loisir, utiliser les pubs, rues, ponts, qu’il doit bien connaître.

La résolution de l’enquête est rapide, puisque c’est au premier tiers du roman, qu’on apprend le mobile et l’identité du commanditaire du meurtre de son compatriote, que David est allé résoudre. On découvre même qui lui a envoyé ce texto mystérieux, qui le conduit en Angleterre. Quel est l’intérêt d’un polar dont tout est dévoilé si tôt ? C’est là tout le savoir-faire de Jón Óttar, qui entraîne alors son personnage dans une histoire d’espionnage, à la poursuite d’une technologie dont des terroristes veulent d’emparer. Tous les ingrédients y sont : le meurtre, la violence et même une dose de sexe. Comme lors de sa précédente enquête, David Arnarson se retrouve bien vite du côté des accusés et doit fuir tout en menant ses investigations. Pour cela, il peut compter sur quelques soutiens, dont l’indéfectible Mary, qui semble devenir, elle aussi, un personnage principal de l’œuvre de Jón Óttar. Car l’auteur ne s’arrêtera pas là. La fin suggère une ou des suites, par l’intervention d’un mystérieux individu, sorte d’ange gardien de David, qui lui propose de travailler avec lui, pour une officine tout aussi mystérieuse.

Avec En pleine turbulence, l’écriture de Jón Óttar Ólafsson gagne en clarté et en rythme, avec plusieurs rebondissements, qui maintiennent l’intérêt du lecteur jusqu’à la dernière page. Le roman évolue, pour passer de la simple enquête policière, à une affaire d’espionnage et de terrorisme. Jón Óttar Ólafsson confirme ainsi qu’il est un auteur à suivre avec intérêt.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau