Le sang d’Odin (Sólkross) de Óttar Martin Norðfjörð

Le sang d odin Le sang d’Odin (Sólkross) d'Óttar Martin Norðfjörð

(De nombreuses photos et plusieurs articles sur l'histoire et l'ancienne religion, qui font l'âme du roman, sont à consulter Autour de... Le sang d'Odin.)

♦♦♦♦♦

4ème de couverture (Prisma Noir):

« Ce 21 mars, quand le bureau de Baldur, archéologue controversé est transformé en site sacrificiel, la police convoque Embla Thöll sur les lieux. Avec son compagnon Adam Swift, elle se lance dans une quête dramatique qui va les entraîner dans un monde de trahison, de haine et de secrets farouchement gardés, et qui plonge ses racines dans l’époque de l’invasion des Vikings norvégiens. Cette folle poursuite au milieu d’églises séculaires et de temples perdus, entre mythologie norroise et temps modernes, leur permettra-t-elle  de résoudre toutes les énigmes ? »

 

« Vous n’échapperez pas aux rites sanguinaires de la croix solaire ! »

 

Réflexions de lecture :

Vous prenez une dose d’Indiana Jones, une dose de crime, un zest de mythologie et des sagas et vous obtenez Le sang d’Odin. Dans ce premier roman traduit d’Óttar Martin Norðfjörð, nous faisons la connaissance d’une jeune archéologue, Embla et de son compagnon, Adam Swift, qu’une mystérieuse disparition d’un professeur d’université, accompagnée du meurtre d’une femme de ménage, va conduire hors des sentiers battus, à la recherche de l’universitaire en question. Si les policiers suivent leurs instincts, parfois un peu rapides, nos « héros » s’en remettent aux vieux manuscrits et aux textes anciens. Entre néonazis, runes et sacrifices, l’auteur tient le lecteur en haleine, par des rebondissements, qui mènent jusqu’aux dernières pages. On pense avoir trouvé le coupable ? Trop facile ! De fausse piste en fausse piste, Óttar Martin construit un roman intéressant, qu’il est plaisant de mener à son terme. On s’attache à ses personnages, Embla et Adam bien sûr, mais aussi les deux policiers, Hörður et Grimur, qu’on espère retrouver bien vite dans d’autres aventures. De bon augure.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau