Opération Napoléon (Napóleonsskjölin) d’Arnaldur Indriðason

1 2 Opération Napoléon (Napóleonsskjölin) d’Arnaldur Indriðason 9782757862582

(une fois n'est pas coutume, le roman est si riche en thèmes, que vous trouverez deux pages autour de.... Opération Napoléon.)


Une première page pour voir des photos du Vatnajökull et des appareils aériens mentionnés dans l'histoire.

Une deuxième page avec des articles sur la base OTAN de Keflavik, la visite d'Armstrong en Islande et le mythe de fuite d'Hitler en 1945.

♦♦♦♦♦

4ème de couverture (éditions Métailié):

« 1945. Un bombardier allemand, pris dans le blizzard en survolant l’Islande, s’écrase sur le Vatnajökull, le plus grand glacier d’Europe. Parmi les survivants, étrangement, des officiers allemands et américains. L’Allemand le plus gradé affirme que leur meilleure chance de survie est de marcher vers la ferme la plus proche. Une mallette menottée au poignet, il disparaît dans l’immensité blanche.

Dans les années qui suivent les Américains lancent en vain des expéditions pour faire disparaître cette opération militaire mystérieuse et encombrante.

1999. le glacier fond et les satellites repèrent une carcasse d’avion, les forces spéciales de l’armée américaine envahissent immédiatement le Vatnajökull et tentent en secret de dégager l’avion. Deux jeunes randonneurs surprennent ces manœuvres et sont rapidement réduits au silence. Avant d’être capturé l’un d’eux contacte sa sœur Kristin, une jeune avocate sans histoires. Celle-ci se lance sur les traces de son frère dans une course poursuite au cœur d’une nature glaçante.

Les événements se précipitent. Les hypothèses historiques déconcertantes, et la séduction inoubliable qu’exerce cette héroïne à la fois tenace et perspicace, font de ce texte un formidable roman à suspense. »

4ème de couverture (Points policier):

« Un avion s'écrase dans le blizzard. Très vite, la glace du Vatnajökull l'engloutit. a l'intérieur, agents américains et officiers allemands ont compris. ils vont mourir gelés, emportant avec eux l'un des plus lourds secrets du XXè siècle. quand l'avion reparaît cinquante ans plus tard, il menace de faire de nouvelles victimes. car le silence des morts s'achète parfois au prix de celui des vivants... »

« Il aurait sans doute mieux valu que ce glacier garde l'avion éternellement. »

 

Réflexions de lecture :

Si pour nous, Français, Opération Napoléon est le roman d’Arnaldur paru le plus récemment, ce livre est en fait déjà assez ancien. C’est le premier roman hors « série Erlendur » publié, en 1999.

Avant d’entrer dans l’histoire proprement dite, je tiens à exprimer encore mon désappointement face au choix de traduction. Alors que l’on s’est habitué, pour Arnaldur, à l’excellent travail d’Éric Boury pour rendre l’islandais accessible en français, Opération Napoléon est la traduction de la traduction anglaise ! On peut lire, en exergue du roman, la précision suivante : « Traduit à la demande de l’auteur à partir de l’édition anglaise ».  J’ai tenté d’obtenir une explication par l’intermédiaire de la page Facebook « Arnaldur Indridason France », qui n’est autre qu’un profil des éditions Métailié. J’attends encore une réponse.

(rajouté le 22/11) Grâce à l' interview de l'auteur par Cécile Pellerin, j'ai enfin trouvé une explication. Dans la traduction anglaise, qui date de 2010, des modifications ont été apportées par Arnaldur; il valait donc mieux se servir de ce support plus récent. Il n'en demeure pas moins que plus on multiplie les intermédiaires, plus le texte original s'en trouve altéré.

 

Mais plongeons dans le récit lui-même.

 Arnaldur nous offre là un roman à mi-chemin entre la fiction historique et l’espionnage. L’ensemble est bien ficelé et haletant. Tortures « raffinées », cadavres et courses poursuites impulsent un rythme et créent une atmosphère qui ne ménagent pas le lecteur et lui laissent peu de répit.

L’armée américaine n’est pas montrée sous le meilleur jour ; c’est le moins qu’on puisse dire ! Doit-on voir poindre chez Arnaldur, un ressentiment envers la présence américaine sur son île? N’oublions pas, qu’en 1999, l’OTAN –autant dire les Etats-Unis – utilise encore la base militaire de Keflavik. On découvre aussi un gouvernement islandais aux ordres de la puissance tutélaire américaine, prêt à faire avaler n’importe quelle couleuvre à son peuple, pour peu que la manne économique US ne tarisse pas. Mais Arnaldur veut-il instiller une lueur d’espoir en montrant un gouvernement qui, finalement, oppose une certaine dose de résistance ? Montre-t-il que les temps sont en train de changer ? On découvre aussi quelques pages d’histoire méconnues: une thèse curieuse concernant la fin de la guerre, dans laquelle se délecteront les comploteurs en tout genre ou l’entraînement du futur équipage d’Apollo 11, dans le désert lunaire d’Islande.

Même s’il ne s’agit pas d’un « Erlendur », on perçoit déjà ce qui sera la patte d’Arnaldur. Des personnages qui prennent du relief par leur histoire et leur psychologie. La volonté de permettre à ces personnages de prendre le pas sur l’action. La multiplicité des pistes et donc des histoires… une armée américaine qui a un lourd secret à cacher, la mafia russe, etc… il aime jouer avec le lecteur. Tant de fois, nous allons enfin découvrir le secret que cache cette carcasse d’avion, emprisonnée dans le glacier. Tant de fois, on s’apercevra, deux ou trois pages plus loin, que cette solution n’est qu’un leurre de plus.  Il faut bien attendre les dernières pages pour connaître enfin la vérité. Et là, Arnaldur réussit la prouesse de nous faire comprendre de quel personnage historique il est question, sans jamais écrire son nom ! Bravo !

Arnaldur, dans cette œuvre qui est l’une de ses premières (la plus ancienne désormais traduite en français, antérieure à La cité des jarres, le premier roman de la série Erlendur), fait déjà preuve de maturité littéraire, à tel point que le lecteur français peut, sans mal, croire qu’il s’agit bel et bien de sa dernière publication.

 

Alors, si vous voulez sortir du commissariat de Reykjavik ou quitter les disparitions des fjords de l’Est, (pour un temps seulement bien sûr) prenez la direction du majestueux Vatnajökull… si possible autrement que par les airs !

 

Retrouvez l' interview de l'auteur par Cécile Pellerin à propos de ce roman... une interview très éclairante sur la traduction et les références historiques.

Retrouvez également des photos et des articles pour mieux comprendre le roman, dans deux pages de la rubrique autour de...

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau