Vík (Andköf) de Ragnar Jónasson

VÍK (Andköf)

Ragnar Jónasson

Vik ♦♦♦♦♦

ALBUM PHOTOS

4ème de couverture (Editions de La Martinière):

« Des années ont passé avant qu’Ásta ne se décide à remettre les pieds à Kálfshamarsvík, à l’extrême nord de l’Islande. Là-bas, c’est comme si le temps avait tout figé : le phare, la maison qui surplombe la baie (vík en islandais), ses rares habitants. Et le retour de la jeune femme n’est pas perçu d’un bon œil.

Quand, quelques jours avant Noël, le corps d’Ásta est retrouvé au pied de la falaise, l’inspecteur Ari Thór est dépêché sur les lieux. Dans cette contrée perdue, l’étau se resserre inévitablement sur une poignée de suspects. Mais la vérité est peut-être à chercher ailleurs, dans un passé aux résonances morbides, refoulé depuis près de vingt-cinq ans…»

 

Réflexions de lecture :

Si Vík est le cinquième roman de la série Ari Þór à être publié en France, il est, dans l’ordre chronologique d’écriture et de parution en Islande,  le quatrième, d’où un certain méli-mélo dans la vie du personnage principal, dont l’auteur n’est pas responsable. En 2017, dans Mörk, Ari Þór est père d’un enfant, qui pourtant nait dans le présent ouvrage, paru en 2019 ! Choix éditorial étrange…

Si, dans ses précédents romans, Ragnar Jónasson, nous « enfermait », à Siglufjörður, pris dans les avalanches ou les tempêtes, là, le huis clos est encore plus flagrant. L’enquête sur la mort suspecte d’Ásta, revenue sur les lieux de son enfance, dominés par un phare, se concentre sur trois personnages, confinés dans quelques maisons, isolées sur la péninsule de Kálfhamar. Le talent de l’auteur nous conduit à suspecter, tour à tour, chaque personnage, d’autant qu’ils semblent savoir plus de choses qu’ils ne le disent aux policiers. Ragnar nous oriente même vers des pistes extérieures, en évoquant des individus qui auraient pu avoir de mauvaises intentions et revenir se cacher dans la région pour assouvir une vengeance.

Le roman est aussi l’occasion de connaître quelques éléments de l’histoire locale de cette région abandonnée, qui fut jadis assez prospère, à l’époque de la pêche, et abritait un village maintenant disparu. L’histoire se déroulant à la période de Noël, on découvre, au passage, quelques mets traditionnels, typiques de cette grande fête, pour une Islande rurale encore très attachée à ses croyances et à ses traditions.

On suit également l’évolution d’Ari Þór (pour peu qu’on lise les livres de série dans l’ordre !), dont la relation avec Kristín s’enracine par la naissance, sur une route verglacée, d’un petit garçon. On retrouve aussi Tómas, l’ancien supérieur d’Ari Þór, qui a déménagé à Reykjavík, mais qui ne semble pas bien s’adapter à se nouvelle vie.

Vík est un bon huis clos et Ragnar sait maintenir l’intérêt du lecteur jusqu’au bout.

Ragnar Jónasson Ari Þor