Crimes glacés

Imaginez un ouvrage qui réunit vos enquêteurs islandais préférés : l’inspecteur Erlendur (Arnaldur Indriðason), le journaliste Einar (Árni Þórarinsson), l’avocate Þóra (Yrsa Sigurðardóttir) et d’autres encore… Un tel livre existe ; il s’intitule : Crimes glacés.

796030     P1090376 e1383667003458

Anne Martinetti et Guillaume Lebeau ont eu l’idée originale de rassembler tous ces protagonistes de polars, pas seulement islandais, mais aussi norvégiens, suédois, danois et finlandais, dans un livre de… cuisine.

En effet, les plats, rencontrés au détour d’une page de l’un de ces romans noirs scandinaves, font l’objet d’une recette détaillée, accompagnée d’une photo.

Crimes glacés, publié aux éditions Marabout, et sorti en 2013, est préfacé par Árni Þórarinsson.

 

Chaque chapitre s’ouvre sur un petit texte de présentation qui mêle polar et cuisine, introduit par titre et une citation policière. Arrivent ensuite les recettes ; elles-aussi accompagnées d’une citation.

Enfin, le chapitre se clôt sur une petite nouvelle culinaire.

 

Ainsi, pour le chapitre 2 consacré à l’Islande :

 

Skyr, hákarl et breininivín…

« Erlendur s’avança prudemment dans la cuisine comme s’il s’attendait à tomber sur des criminels, mais il constata qu’on avait dressé la table pour deux avec de jolies assiettes qu’il se souvint subitement posséder. » (La Cité des Jarres)

 

  • Les flétans de Mangi Bjarna (Le cadavre dans la voiture rouge, Ólafur Haukur Símonarson)
  • Le poulet aux épices de Gunnsa et Raggi (Le dresseur d’insectes, Árni Þórarinsson)
  • Le gigot d’agneau d’Oskar (Le temps de la sorcière, Árni Þórarinsson)
  • La soupe de loup atlantique d’Anna (La tristesse des anges, Jón Kalman Stefánsson)
  • Les églefins rémoulade d’Asi le cuistot (Noir Océan, Stefán Máni)
  • Le pain noir de Thóra Gudmundsdóttir (Ultimes rituels, Yrsa Sigurðardóttir)
  • Le trifle de fruits rouges de Sfjön Hannes (Le cadavre dans la voiture rouge, Ólafur Haukur Símonarson)
  • La tarte à la crème d’Erlendur Sveinsson (La voix, Arnaldur Indriðason)
  • Le gâteau aux raisins secs d’Asta (Etranges rivages, Arnaldur Indriðason)
  • Les gaufres à la confiture de myrtilles de Birta (Brouillages, Jón Hallur Stefánsson)

Et une nouvelle : Un goût de requin.

 

On trouve, au chapitre 3 consacré à la Norvège, deux recettes des romans de Monica Kristensen, qui se déroulent dans l’archipel du Svalbard :

 

Pour vous mettre définitivement l’eau à la bouche, je vous laisse méditer cet extrait de la préface d’Árni Þórarinsson :

« Nous avons gardé la trace de ces anciennes habitudes alimentaires […], des mets que certains trouvent délicieux, que d’autres mangent comme s’ils subissaient une épreuve, et que bien des gens fuient comme la peste : têtes de moutons bouillies, testicules de bélier surets, requin faisandé… »

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau